DANSES-DANCES-ZENSHI

Pōōmbá’ nnák mαghop , mᾱnjwe’ (zénshǐ nco) ; zēn; nkəna (zénshǐ pα̌Mum) ; póómᾱnjwe’ (zénshǐ póónsom) ; ngǔ’ (ntiě’ mfhʉ̄ nco) ; ndaazhi-mākǔmbū’ ; kalī (lokmadak : pó ndáh kǎm thʉ̄ shwí’ ntí nā). Mó’ nkǒm zénshǐ nsó nkūᾱ : lālī , kū’nga’.Ǒ zhī yǒ kά nά nzénshi bée ?
 
  1. Ku’nga’ : Sǐ nkwe pʉ bά nkwēn kū’nga’ bᾱ. Nga’ kū’ngǎ’ ntōm mά nά těndʉ́ά kū’nga’. Kʉ̄’nga’ mbīᾱᾱ lᾱ’ nά pah nsʉα píá ka’ sipe’. Ku’ngǎ’ nsó nkūᾱ, mbα túpū’ mα ǎ cōh nsʉsʉα nǒktū mα pó pᾱ’ nā. Ǎ ndˊʉ́ sī ī , ά pō pά’ ndén ī ; tᾱ’ , tâ kū’nga’ sǐ’ ndʉ́ sī ī bᾱ. Pō sí’ mά’ ngáá tú ku’nga’ bᾱ ; pó lα bᾱmbū’ mbō , pó lα bᾱzhʉ́α
  2. Zēn : Pó nnák zēn ndα̌’ nά wúά fʉ ; pαmfʉ píá nkǎm bᾱ nnák zēn. Mbαwα̌lά ndí’ nak , mα ǎ kwāt nā i píá ndhī ndαα , mbα mʉ̄ᾱ tāk , ncōh mbáh gop nzhwié nkoó nī.
  3. Ngǔ’ : Pó ngén nco , ndʉ̄ᾱ’ nco tα ngwáh , mbᾱtα mfhʉ̄ , nnák ngū’. Ngǒmnə Ndāk lαshʉ́ά’ nco ; fa’á tά wen zénshi bée imbīē.
  4. Ni : pαmfʉ píá mʉ́ά nkām ntūᾱ nǐ mbě pó , ndα̌’ mbí pōō mbᾱᾱ. Pō nnák nǐ ntám kɔ ; ǒ njū’ njā’, ǒ lα bᾱnjīī pαnzēnzěn ; pó nnák nii tα nzα̌ lē.
  5. Zénshǐ tuαα : kəna , ndaazhi , maghop ; pó nzēn yāā mα fīāt , ncōp kwe’ , ncōh nsʉα ní nkəmbʉα’ . Kəna pí ndaanzhǐ mfhˉʉ̄ mα lά ngen.
  6. Maghop : Zénshǐ pα-njwálα. Ǒ nkwāt kǎm ndhīndαά těn o , tᾱ nnák maghop. O sǐ’ mᾱ mʉ̄ᾱ wen bᾱ , ǒ lα ghʉ́ kǎm ndhīndαα. Fa’á tά maghǒp ndά’sí mά wěn ku’si.
  7. Zénshǐ ngʉ’ : zénshi béé ndά’sí ngʉ’ : lāālī , póómᾱnjwe’ , mbaya , lisa ; pα-ngwēwen bά nkwēn ntām ; pó nzēn pά pó mʉníάάsí nā yαα ά ghěn nco lά.
 
ZU PU’
 
Yáá ten mά pʉnǒk mʉnzēnshi si pǔ’. Kǒm zénshi ngʉ́ pʉ bά mbū’ lά , ngʉ́ pʉ bά nzēn lά. Pα mbūpǔ’ nkāmsī cicah píá zúmfα’ yᾱᾱ : toō ; nkah ; njǎ’ ; nshʉshʉ’ ; fuαα ; nkwǎ’ ;
nkwě’njā’ ; ncincia ; nkhu ; ndʉ̌’.
 
Fuαα, nkwǎ’ mbᾱ nά zénshǐ pʉ̌nzhwīē. Pó ndáh tēnᾱ níάάsí nkwā’ , nnᾱh ngǎm tēnά ntām , wen cām khu í sīē yāā zhīe. Njǎ’ mbᾱ nkam nkǎm thʉ̄ , mα pó kōō mbα yaā lᾱ ghʉ̄ yǐ
fʉα’. Pó njᾱᾱ nά mbǒ’ kwele’ nshʉ̌’nshʉ’ tᾱ mbū’. Yáá pah Africa Mbīēnam mα pó niαα njā’ lά pά ǒ mʉnjīī nά nini le. Toō pí nkǎh sí’ mᾱnzhíé pəpē’ bᾱ , pō pᾱᾱ nά mōh.
 
Ndˇʉ̌’ ghˇʉ̌ mó’ mf α’ : pó mbū’ ndʉ̄’ ndáh cēh pʉ. Pó ndáh nsōk ghǎ’ ŋwα’ni mˊά nd αh lah nkwēn ndʉ̄ᾱ sukú ku’.
Ǒ si zēn tα nhéé khu ō !
 
Les danses d’hommes sont : nnák mαghop , mᾱnjwe’ (zénshǐ nco) ; zēn; nkəna (zénshǐ pα̌Mum) ; póómᾱnjwe’ (zénshǐ póónsom) ; ngǔ’ (ntiě’ mfhʉ̄ nco) ; ndaazhi-mākǔmbū’ ; kalī (lokmadak : pó ndáh kǎm thʉ̄ shwí’ ntí nā). Certaines se dansent avec tenue spécial et masque sur la tête cachant le visage.
 
  1. Kou’nga’ : Il n’est pas donné à tout le monde d’entrer dans cette association. Un kou’nga’ sort d’une famille Kou’nga’, pour succéder à un parent kou’nga’. L’association Kou’nga a mission de défendre le village contre les menaces mystiques ou sorcières. Les kou’nga’ dansent avec un masque plus ou moins décoré, portent de longs cheveux tressés. Ils font tout pour effrayer. Lorsqu’ils dansent, on ne tire pas le fusil, on n’applaudit pas, on ne leur fait pas de dons.
  2. Le Zen : elle est dansée uniquement aux funérailles d’un défunt chef. C’est la danse royale, la seule que danse le Chef, entouré de ses notables et ses invités des villages voisins et amis, en tenue  péciale d’apparat.
  3. Le ngou’ : après une guerre victorieuse, on organise le ngou’, danse de victoire. Avec l’Administration moderne, il n’y a plus de guerre victorieuse entre villages. Cette danse peut disparaître.
  4. Le Ni : danse des princes ; seuls les chefs et les grands notables créent leur troupe de danses Ni, pour leurs enfants. Elle est dansée à huis clos, derrière une clôture fermée. On entend la musique mais ne voit pas les danseurs. On danse toute la nuit.
  5. Les danses de noblesse sont le keuna, le ndanji. Ici on danse avec noblesse et fierté avec des gestes modérés.
  6. Le Maghop : également une danse de fierté, pour des hommes fiers de leur réussite économique. On noue un grand pagne de tissu traditionnel (ndhidoh) assez coûteux, au rein, torse nu.
  7. Le Mbaya ou lissa : c’est une danse sportive. Chaque danseur, à son tour, au milieu du cercle de danseurs, exécute un enchainement de gestes acrobatiques et se retire en cédant la place au danseur de son choix. Le Laali et poumanjwe’ sont aussi des danses guerrières.
 
LES INSTRUMENTS
 
Il est difficile de voir les hommes danser sans les instruments. Chaque troupe a ses joueurs d’instruments au milieu du cercle et les danseurs dansent en rond tout autour. Les instruments usuels sont : le gros et le petit tam-tam, le balafon, les castagnettes, le fuo (bout de tuyau dans lequel on souffle), le castagnette bracelet de pied, la cloche à deux sons, etc.
 
Le fuo et le nkwa’ sont exclusifs aux danses de femmes. Les nkwa’ sont des bracelets en fer avec des cavités renfermant des billes ; portés au pied, ils font du bruit au rythme des pas de danses.
Les balafons sont des bouts de lattes de bois de longueur variée. ; on les aligne sur deux bouts de tronc de bananier pour jouer. Ailleurs, en Afrique de l’ouest, les balafons sont beaucoup mieux fabriqués. Lorsque les tamtam ne résonnent pas bien, on chauffe le bout couvert de peau au feu de bois.
 
Le tamtam (ndu’) a d’autres fonctions que la danse : il sert à rassembler. Dans certaines écoles il sert à rythmer les horaires. Dans les chefferies, il y a un grand tamtam de convocation du peuple
qu’on appelle LAM.
« Ne danse pas au point de te tromper de jambe » ; pour dire « n’exagère pas ! »
   
Copyright © 2016, NUFI-Cameroun. All Rights Reserved.
Designed by TGRSOFT Corporation