DANSES-DANCES-ZENSHI

Pōōmbá’ nnák mαghop , mᾱnjwe’ (zénshǐ nco) ; zēn; nkəna (zénshǐ pα̌Mum) ; póómᾱnjwe’ (zénshǐ póónsom) ; ngǔ’ (ntiě’ mfhʉ̄ nco) ; ndaazhi-mākǔmbū’ ; kalī (lokmadak : pó ndáh kǎm thʉ̄ shwí’ ntí nā). Mó’ nkǒm zénshǐ nsó nkūᾱ : lālī , kū’nga’.Ǒ zhī yǒ kά nά nzénshi bée ?
 
  1. Ku’nga’ : Sǐ nkwe pʉ bά nkwēn kū’nga’ bᾱ. Nga’ kū’ngǎ’ ntōm mά nά těndʉ́ά kū’nga’. Kʉ̄’nga’ mbīᾱᾱ lᾱ’ nά pah nsʉα píá ka’ sipe’. Ku’ngǎ’ nsó nkūᾱ, mbα túpū’ mα ǎ cōh nsʉsʉα nǒktū mα pó pᾱ’ nā. Ǎ ndˊʉ́ sī ī , ά pō pά’ ndén ī ; tᾱ’ , tâ kū’nga’ sǐ’ ndʉ́ sī ī bᾱ. Pō sí’ mά’ ngáá tú ku’nga’ bᾱ ; pó lα bᾱmbū’ mbō , pó lα bᾱzhʉ́α
  2. Zēn : Pó nnák zēn ndα̌’ nά wúά fʉ ; pαmfʉ píá nkǎm bᾱ nnák zēn. Mbαwα̌lά ndí’ nak , mα ǎ kwāt nā i píá ndhī ndαα , mbα mʉ̄ᾱ tāk , ncōh mbáh gop nzhwié nkoó nī.

    Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Ntʉ́άngwe’ nά lah nŋwā’sī zʉ

Pʉ bά zhī póáFī’ke’ mα thʉ̄thʉ̌ lά , nkwá’sí mά pó mfά’ nkwe mvǎk līē’, si pʉ̌’ tū yάά sīē. Kά tά pó ngʉ́ līē’ yi pó kα’ ghén ko lά ?

 
Tα’ ngαᾱnzά ghʉ̌ līē’ hə̌ , līē’ shʉ’ bᾱ líénzhi. Mbα yaā lά’ ntám Mbienam lά ghʉ̌ yǐ líé’nzhi. Yáá nshʉα’ mά wěn si fά’ shwītōk mfα’ báá liē’. O sǐ’ ngén kǒ ά zʉ̄’nʉα bᾱ ; ǒ lα wúá , ǒ , ntʉ̄’ zʉ̄ , ntʉ̄ʉ̄ kafī. Tᾱ’ pά o ghēn ko , ncāk wúzᾱ , ndə̄. Ngōmnə̌ píá ndʉ́άsíé sα̌’ ntie’ , nshwí’ sōnde píá mó’ líé’nzhǐ ndom.
 
Báá liē’ lά, pʉnǒk nsī mbee, ngén ntee, ngén lók no’ píá ntīēntíé kom ,ǒ , nkweesi. Pō sī lά’ntōk fhʉ́ wen líénzhi bᾱ ; tᾱ’ pó ntie’e ntōk pʉ mά sásidê, tά těndʉ̄ᾱ píá nsén-sēn fhʉ̄ zhǐnzhi nsά’ , mbα mα sásidé tōm líé’nzhi, pō tōk.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

[bubble author="«MAUVAISE MORT» «Wuα sipe’, Viatnzhwie»" background="#ccc" color="" padding="10px" border="0" type="rounded"][/bubble]

Il s’agit des gens morts d’une certaine manière, le ventre gonflé, l’organisme ayant subit des initiations compliquées, mort pendus par suicide, etc. Ceux-ci ne peuvent être enterrés que par des spécialistes pour éviter certaines conséquences sur la famille.

Celui qui meurt le ventre gonflé par exemple, si le corps est dans la maison, on ne le sort pas par la porte, mais par un trou fait dans le mur. On l’enterre nu, pas dans un cercueil. 

[bubble author="LA MORT DU ROI (Wuα Fʉ)" background="#ccc" color="" padding="10px" border="0" type="rounded"][/bubble]

Quand le Roi meurt, on annonce sa mort qu’après que les spécialistes «Fhufhu» l’ont déjà enterré. Pour son enterrement officiel, le cercueil qu’on expose au vue de tout le monde ne contient pas le corps du Roi. Pour être autorisé à pleurer en publique, on tape sur le mouton et c’est après le bellement de celui-ci que chacun peut pleurer, même sa maman (Mαfu).

On ouvre les lamentations et les princes et princesses entrent dans la danse en file tenant tous le pagne traditionnel (Ndhi ndɔ), le Notable chargé du choix entre eux de qui va être le prochain Roi le touche, suivent son Adjoint (Nshwiepo) et sa soeur (Moonko’) même père mais pas même mère qui vont aller avec lui au Lα’kam. Après ce choix, les Neuf Notables (Nkamvuu) les accompagnent dans ce lieu de retraite initiatique.

Le nouveau candidat au poste du Roi va à cette retraite avec une ou plusieurs femmes. Si une des femmes prend grossesse, c’est un bon signe, que ça va bien et elle prend le sobriquet de Nzhwiekam. L’enfant qui naîtra s’appellera Ntu’kam.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Sous-catégories

Copyright © 2016, NUFI-Cameroun. All Rights Reserved.
Designed by TGRSOFT Corporation