[bubble author="ORGANISATION SOCIO-POLITIQUE «Lah nsα’ Ngwe’ wu pαFe’efe’e»" background="#ccc" color="" padding="10px" border="0" type="rounded"][/bubble]

Le Groupement est l l’unité religieuse, politique et sociale. L’autochtone appartient au Groupement sur le territoire duquel il vit. Là est sa patrie, et il ne se reconnait aucun lien avec les ressortissants du groupement voisin, exception faite de relations amicales, familiales ou d’alliance.

La vie du Groupement s’organise autour de la Chefferie Supérieure et administrativement, elle est l’élément fondamental et vivificateur de la société toute entière. Ce ne sont pas de grands Empires, mais des Groupements qui ont su se hausser au rang d’Etats et jouer des rôles dignes de cette mention, chacun à sa mesure.

Les populations se déterminent entre eux par obligeance à l’égard de tel ou tel Roi. Il y a égalité entre Rois de Groupements.

Le nombre d’habitants ou l’étendu du territoire ne viennent faire la différence. On y rencontre d’anciens Groupements vaincus et annexés qui deviennent ainsi des quartiers du Groupement vainqueur.

En dehors des caractéristiques générales, chaque Groupement peut avoir, dans les pratiques quotidiennes, des spécificités qui lui sont propres.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

[bubble author="VALEURS ET TRADITIONS (NTUα NGWE’)" background="#ccc" color="" padding="10px" border="0" type="rounded"][/bubble]

Les valeurs et traditions renferment l’ensemble des règles, lois coutumières, des pratiques culturelles, etc. pour résoudre des problèmes de tel ou tel nature.

 

Quelques exemples que nous allons prendre ci-dessous nous permettrons de voir avec quelle intelligence nos Ancêtres ont réfléchi sur la question.

[bubble author="LA LANGUE (GHƏ Mα A WEN)" background="#ccc" color="" padding="10px" border="0" type="rounded"][/bubble]

La langue des Haut-Nkamois est connue sous le vocable fe’efe’e. C’est tout d’abord la langue qui révèle l’importance du matériel oral ; car elle n’est pas seulement un véhicule de communication, elle est une atmosphère spécifique, un musée vivant, chargé de monuments, de reliques et de symboles.

La langue fe’efe’e véhicule l’humour des conteurs, la sagesse sentencieuse des vieillards, l’inspiration des poètes et parfois l’expression d’une pensée philosophique, symbolique, religieuse ou mystique. Cette langue permet de démasquer les structures sociales, leurs significations et leurs symboles. La langue apparait ainsi comme une clef du système social et la base même de la tradition.

La langue fe’e fe’e est l’élément fondamental d’unité de la communauté. La communauté de langue signifie avant tout, communauté de culture. C’est cette culture qui forme l’individu et lui imprime ses réflexes devant la vie en général. C’est cette culture qu’il faut d’abord comprendre pour saisir la raison des motivations des individus et la dynamique des structures sociales dans leur ensemble.

[bubble author="LA PAROLE (Ghə wen)" background="#ccc" color="" padding="10px" border="0" type="rounded"][/bubble]

La parole exprime la réalité sociale. De même que la langue n’est pas seulement un moyen de communication, la parole n’est pas un simple discours. La parole n’exprime pas seulement les recoupements multiples du profane et du sacré, elle révèle une spécification, une ritualisation et une codification, ainsi que la liaison fondamentale entre la pensée et l’action.

Pour la conservation de la tradition, la parole apparait comme un système de signes oraux. La parole apparait non comme un milieu neutre, mais au contraire comme un système très ordinaire de modèles qu’il faut manipuler avec précaution et art. La manière d’utiliser la parole par une société ou par un individu révèle un certain état de son âme ; révèle un certain nombre d’attitudes et d’habitudes spéciales. Il y a une relation étroite, une relation évidente entre la manière d’utiliser la parole par une société et l’état actuel des structures de cette société. La parole tour à tour, peut avoir un usage profane et religieux, remplir des fonctions variées et spécialisées.

[bubble author="LE PROVERBE (KWααNGEE)" background="#ccc" color="" padding="10px" border="0" type="rounded"][/bubble]

Le proverbe apparait comme une expérience condensée en formules, en paraboles, une parole strictement réglée, ne pouvant être utilisée que dans des cas précis, une formule dont le but est l’action ; une parole qui définit elle-même par rapport à un ordre très ancien ou non dont elle se veut l’image ; une formule qui condense, résume, explique, commente la sagesse ; une forme définissant des structures sociales, des types sociaux stéréotypés des comportements sociaux.

La tradition évolue et croit par le proverbe. La répétition de ces formules simples maintient l’ambiance culturelle, mais la liberté de critique, de commentaire, de réinvention laissée à chacun, assure le renouvellement de la tradition. L’univers des proverbes n’est pas figé. Les proverbes comme les autres éléments de la réalité sociale, subissent la pression de la dynamique sociale générale dont ils sont, à certains égards, très révélateurs.

Cette langue est aujourd’hui enseignée même dans les écoles publiques, grâce aux efforts des missionnaires dans le souci de passer par la langue pour évangéliser et mieux transmettre le message de Dieu. L’enseignement s’est vulgarisé sous le nomα «NUFI» (chose nouvelle). On peut obtenir les Diplômes NTUMBHI KAM et Sα’SAM pour le moment.

Ecrire un commentaire (0 Commentaires)

Sous-catégories

Copyright © 2016, NUFI-Cameroun. All Rights Reserved.
Designed by TGRSOFT Corporation